L’insoutenable légèreté de voyager à vélo

IMG_0247.jpg

Par : Cindy Savard

De retour d’un périple fascinant à vélo m’ayant permis de parcourir une partie de l’Europe, voici un compte-rendu qui, je l’espère, permettra d’éclairer et d’inspirer d’autres amateurs de cyclotourisme à se lancer dans une telle aventure. Surtout, il importe de savoir que plusieurs options s’offrent à nous, toutes destinations confondues !

Chaque année, nous sommes plusieurs chanceux à planifier des vacances et à combler ce besoin de vivre des sensations fortes en terrain inconnu. Selon l'Organisation Mondiale du Tourisme, 1,2 milliard de touristes entrants ont été comptabilisés dans le monde en 2015 et les prévisions tournent autour de 1,8 milliard pour 2030.

Ayant développé très jeune une curiosité pour la culture au sens large, s’inscrivait dans cette passion un besoin de partir à la découverte de celles des autres. Faisant partie du lot d'assoiffés d'aventure, j’ai eu la chance d’aller explorer plus d’une bonne vingtaine de pays et ce, à raison de longues et courtes périodes de temps, souvent en mode exploration ou dans des contextes vacances-travail.

L’industrie du tourisme étant en pleine croissance et représentant 10% du PIB mondial, les prix abordables des vols et les différentes options d’hébergement à prix modérés permettent à tous et chacun d’envisager de planifier des vacances à l’extérieur de ses propres frontières. Bien que le tourisme soit devenu une réelle source de revenus considérables pour plusieurs pays, réside un côté sombre à cette opportunité de se déplacer librement qui engendre depuis quelques années des inquiétudes quant aux effets pervers du tourisme de masse. Parmi les défis engendrés par cette démocratisation du tourisme, les voyageurs et vacanciers sont retrouvent à suivre les mêmes trajectoires et il devient de plus en plus difficile d’éviter les sentiers battus et de vivre des expériences culturelles authentiques.

Cyclotourisme : voyager autrement

Parmi les options de voyage qui puissent permettre d’éviter de développer une tourismophobie, le vélo s’avère un excellent moyen de sortir des balises touristiques et peut faciliter les contacts avec les différentes cultures locales. Voilà que l’an dernier, j’ai fait connaissance avec un féru du vélo aussi passionné que moi par ce mode de vie qu’offre ce moyen de transport pratico-pratique et très économique. Appelons-le Dylan.

J’ai vu dans cette rencontre l’opportunité de profiter des connaissances de mon nouvel ami afin d’en faire un allié et l’inviter à planifier avec moi ce qui allait devenir mon premier voyage de cyclotourisme.

Ayant déjà accumulé plusieurs aventures à vélo, en version solo ou accompagné, Dylan était passé à l’action en Argentine, en Bolivie, au Mexique et à Cuba. Chacun de ses périples avaient nécessité beaucoup de préparation logistique mais chaque fois, sans s’imposer de parcours prévu d’avance. Mais qu’allait donc penser Dylan de ma proposition de partir avec moi dans un cadre organisé suggéré par une formule tout inclus prévoyant la location de vélo, un itinéraire, des réservations pour chaque nuitée et le transport des bagages entre chaque destination? J’avais entendu parler d’un trajet qui proposait de longer le mystique Danube à partir de Passau en Allemagne jusqu’au point final, Budapest. Douze jours consécutifs de vélo, des distances à parcourir entre 40 et 70 km par jour et un itinéraire qui traverse quatre pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie et la Hongrie.

passau-budapest.png

Il importe de mentionner que l’hébergement prévoyait des séjours dans des établissements dotés de trois ou quatre étoiles et que tous les petits déjeuners étaient inclus dans le « forfait ». Le concept impliquait aussi de parcourir les trajets à notre rythme, avec comme seul guide les cartes fournies au point de départ. Mais qu’allait bien penser Dylan de cette proposition qui frôlait le voyage organisé et qui impliquait un itinéraire déjà tracé sur le Danube, un réseau déjà bien achalandé, surtout en plein été ? Je n’avais pas l’habitude non plus de ce genre de système mais je voyais là la chance de faire du millage tout en découvrant quatre nouvelles cultures différentes.

Dylan a dit : _______________ (suspense)

OUI ! Et sachez que ce fut un périple tout à fait recommandable qui nous a permis de voyager autrement, de parcourir des régions, des villes et des villages que nous aurions difficilement pu visiter autrement et d’éviter, dans plusieurs endroits, les hordes de touristes.

 Point de départ, Passau (Allemagne)

Point de départ, Passau (Allemagne)

Surtout, ce qui m’importe de partager ici, c’est l’étonnante flexibilité et liberté qu’offre cette option de voyage que je n’aurais jamais considérée auparavant. L’idée du “tout inclus” revêtait à mes yeux une arnaque touristique, une façon bien nonchalante de prévoir des vacances. Pourtant, l’idée d’avoir un point de chute chaque jour déjà réservé, d’éviter de traîner nos bagages et de savourer le trajet à notre rythme s’est avéré un pur délice. Professionnels et accessibles, les agents de la compagnie en charge de notre dossier ont coordonné notre périple d’une main de maître et nous ont prodigué un service fidèle à nos attentes, le tout avec une attitude décontractée, ce qui nous a grandement ravis. Est-ce que je referais le même choix pour une autre destination ? Certainement. Est-ce que j'aurais recours à cette formule toute ma vie ? Peut-être pas. C'est un modèle clé en main qui permet d'éviter les soucis de préparation, surtout quand on a peu de temps à consacrer à cette importante étape d'un voyage. 

«  Si la formule du voyage autoguidé permet de profiter d’un certain confort, d’éviter les tracas et les imprévus désobligeants, le voyage en cyclotourisme permet de s’affranchir de notre habitude à rationaliser et à organiser le temps. Il propose ainsi d’embrasser l’inconnu, la surprise et la spontanéité. » -- Dylan

Pour ceux et celles qui sont tentés d'essayer la formule autoguidée, sachez qu'ils existent une panoplie de compagnies qui offrent ce type de forfait. Force est de chaudement recommander les services de la compagnie avec laquelle nous avons fait affaire, Macs Adventures. Je jetterais également un coup d’oeil intéressé aux possibilités offertes par Rad+Reisen dont nous avons constatés l’implication dans la coordination de notre périple.

Du cyclotourisme près de chez nous

L'envie de voguer vers des horizons nouveaux et l’idée de savourer le privilège de voyager dont nous bénéficions est tout à fait légitime mais s’éveille aujourd’hui en moi la conscience du coût environnemental de mes déplacements et de l’impact de ma contribution à l'industrie du tourisme de masse. La culture du vélo étant si répandue, plusieurs réseaux sont développés et il est possible de recourir à une multitude d’options pour visiter des endroits magnifiques à l’intérieur de nos propres frontières dans une formule similaire.  J’invite donc également les amateurs de cyclotourisme à s’intéresser aux différentes options proposées au Canada, en Ontario et plus près encore de la maison, dans la magnifique région de l’Outaouais.

Voici quelques liens dénichés pour vous :

Vélo-Québec
http://www.veloquebecvoyages.com/amerique-a-velo

Cycle Canada
https://www.cyclecanada.com/

Ontario by bike
https://www.ontariobybike.ca/events/ontario-by-bike-tours

Escape Tours (Ottawa)
https://escapebicycletours.ca/tours/scheduled-tours/