Nos incontournables du 15 au 22 octobre

 Harold Gilman,  Le port de Halifax , 1918

Harold Gilman, Le port de Halifax, 1918

Par Cindy Savard

Le port d’Halifax, 100 ans plus tard

Cette exposition temporaire, présentée au Musée des beaux-arts du Canada, vise à souligner le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, et à comprendre l’ampleur des défis qui ont suivi l’explosion tragique qui est survenue dans le port d’Halifax en 1918. Pour la première fois exposée, il s’agit aussi d’une occasion de mettre en lumière la toile d’envergure monumentale de l’artiste britannique Harold Gilman intitulée Le port d’Halifax. Figure également l’oeuvre Camouflage d’hiver du cofondateur du Groupe des Sept, Arthur Lismer. Cette nouvelle exposition intitulée Comprendre nos chefs-d’œuvre. Le port d’Halifax 1918 sera accessible du 12 octobre au 17 mars. 

Du cinéma à profusion

Tout au long de l’année, l’Institut canadien du film présente plusieurs événements cinématographiques qui mettent en lumière les cultures de plusieurs pays autour du monde. J’adore cette organisation qui nous sort des terrains battus et dont le directeur Tom Mc Sorley, fin connaisseur et ancien critique cinéma, nous fait bénéficier de ses sélections de films étrangers de haut calibre. Cette semaine, une série de longs métrages issus du Japon, de Taiwan et de la Pologne seront présentés gratuitement à la Galerie d’art d’Ottawa.

Les 18 et 28 octobre l’ICF présente le Festival du film japonais qui propose deux longs métrages dont A Sparkle Of Life, une comédie dramatique qui a connu un vif succès au Japon lors de sa sortie et dont le propos nous permet d’explorer les espoirs et les rêves de la population japonaise vieillissante.

Polish2.jpg

Le samedi 20 octobre, l’ICF propose une présentation spéciale du film taïwanais 52Hz, I Love You, un long métrage qui enchaîne une série d'histoires romantiques qui se déroulent dans la ville moderne de Taipei, à Taiwan, le jour de la Saint-Valentin. Le titre est inspiré d’une espèce de baleine pouvant émettre des fréquences de 52Hz, ce qui la rend unique en son genre et isolée du fait qu’aucune autre baleine ne peut entendre cette fréquence inhabituellement élevée. L’analogie entre ce cétacé et le film vise à refléter la solitude que peuvent ressentir les Taiwanais qui sont à la recherche de l'amour dans les zones urbaines! Le Festival du film polonais suivra cette projection avec la présentation du film The Last Family qui a remporté le Lion d'or du meilleur film au Festival du film de Gdynia en 2016. Ce film raconte l’histoire dramatique d’une famille d’artistes renommée, celle du peintre et photographe polonais Zdzislaw Beksinski (1929-2005).

Megative au House of Targ

Cette formation basée à Brooklyn s’est lancée dans une série de concerts au Canada pour promouvoir son premier album homonyme dont les sonorités oscillent entre le dub, l’indie et l’électro. Megative s’arrêtera à Ottawa au House of Targ le vendredi 19 octobre prochain. Parmi les membres du groupe, on retrouve les Montréalais Tim Fletcher (The Stills) et le producteur / bassiste nominé aux JUNO, Gus Van Go (Me, Mom and Morgentaler).

GALATECHA
Les arts numériques et la musique seront à l’honneur le 20 octobre à l’occasion de Galatecha, un événement vraiment très cool à l’avant-garde de ce qui se fait, qui aura lieu au nouveau Musée des sciences et de la technologie. Non seulement il sera possible d’explorer le musée récemment rénové le soir, en dehors des heures d’ouverture habituelles, mais aussi de vivre une expérience sensorielle extraordinaire, dynamique et interactive grâce à des performances uniques, des expositions spéciales et une galerie d’art qui intègre la réalité virtuelle, entre autres.

cette semaine, faites place au théâtre!

Parmi les productions théâtrales recommandées dans notre article publié en septembre dernier, ne manquez pas la chance d’assister aux représentations des pièces Le Tigre bleu de l’Euphrate qui foulera les planches du Théâtre français du CNA et Antarctique solo – une aventure de Frédéric Dion au Centre des arts Shenkman.

 Emmanuel Schwartz, Le Tigre bleu de l’Euphrate

Emmanuel Schwartz, Le Tigre bleu de l’Euphrate

Du 17 octobre au 17 novembre, le Théâtre de l’Île accueillera La déprime, pièce écrite en 1981 par Denis Bouchard et jouée par les comédiens Rémy Girard, Raymond Legault et Julie Vincent. Après avoir tourné pendant trois ans et connu un succès notoire, nous assisterons cette fois-ci à une version modernisée où dix citoyens-acteurs de la région d’Ottawa-Gatineau ont été sélectionnés pour combler tous les rôles. Les spectateurs peuvent s’attendre à une série de sketches humoristiques dont les propos revêtent des moments loufoques et inattendus. Tout sauf déprimant!

dans notre mire : Chilly Gonzales, pianiste fantaisiste et virtuose à la Salle Southam du CNA le lundi 22 octobre prochain

Si vous n’avez encore jamais eu la chance d’assister à un concert du pianiste Chilly Gonzales, voilà une chance inouïe à saisir au vol. Grande fut ma stupéfaction lorsque j’ai assisté, pour la première fois, à l’un de ses concerts à l’Église Dominion-Chalmers d’Ottawa en juillet 2015. Fantaisiste et ingénieux, cet enfant prodige possède une maîtrise impressionnante des plus grands classiques et fait preuve d’inventivité pour transformer des pièces en véritables chefs d’oeuvre modernes. Fort de ses collaborations avec des artistes tels que Daft Punk, Peaches, Jane Birkin et Feist, il dépasse largement les limites du classique pour générer une ambiance festive et relâchée. Se présentant généralement sur scène en pantoufles et en robe de chambre en satin rouge, rien ne peut brimer son étoffe et sa prestance qui transcende les spectateurs. Il sera à la salle Southam du CNA le 22 octobre prochain.

*Écoutez la version intégrale de son dernier album Solo piano III paru le 7 septembre dernier

Voici un extrait du documentaire Shut Up and Play the Piano qui propose une incursion dans la vie et la folie de Chilly Gonzales.

Le Pressoir