Les meilleures sorties musicales d’Ottawa-Gatineau de l’hiver et du printemps 2019

Couverture d’album du EP Once a Fisherman from Spain de Okies, réalisée par    Philippe Shewchenko   .

Couverture d’album du EP Once a Fisherman from Spain de Okies, réalisée par Philippe Shewchenko.

Par Elly Laberge

Pour ceux et celles qui l'ignorent, il y a de la très bonne musique qui se fait dans le coin d'Ottawa-Gatineau. Avec l’année qui file, il est temps de s’attarder aux meilleures sorties musicales à voir le jour dans la région de la capitale nationale depuis janvier dernier. De la musique instrumentale au rap poétique en passant par le folk, voici les huit albums locaux qui ont retenu mon attention au cours des six premiers mois de 2019.  

Flying Hórses : Reverie
Les choses vont de mieux en mieux pour l’artiste locale Jade Bergeron, qui est derrière le projet instrumental Flying Hórses. Après avoir signé avec la maison de disques Bonsound en 2018, la compositrice et multi-instrumentiste a fait paraître son deuxième album, Reverie, en février 2019 pour lequel elle a reçu de nombreux éloges. Et avec raison car, c’est tout simplement magnifique. Ses compositions au piano sont toutes aussi évocatrices et émouvantes les unes que les autres, en plus de bénéficier d’une touche de nostalgie bien magique grâce aux boîtes à musique qui viennent rehausser le tout à merveille. On se sent comme dans un rêve féérique en écoutant cet album. Pour ceux qui aiment Jean-Michel Blais, Alexandra Streliski et Chilly Gonzales.

 FET.NAT : Le Mal
Avec Le Mal, le quatuor du Vieux-Hull FET.NAT. reste fidèle à ses habitudes en nous offrant un heureux désordre musical alliant l’improvisation, le free jazz, le post punk et la poésie littéraire : un bel amalgame qui déstabilise juste assez le temps de neuf compositions expérimentales qui décoiffent. Et contrairement à ce qu’affirme le journaliste de Pitchfork qui a fait la critique de l’album, je suis d’avis qu’on peut absolument danser sur du FET.NAT.

D-Track : Dieu est un yankee
Fier ambassadeur de l’Outaouais en matière de slam et de hip-hop, l’artiste D-Track nous livre Dieu est un yankee, un nouvel album feel good de 14 tracks bien cousues dans lesquelles ils manipulent les mots et les expressions de manière habile et intelligente comme il sait si bien le faire. Les références abondent et démontrent que la plume de l’artiste continue de s’aiguiser au fil des années. Tandis que certaines pièces nous amènent à réfléchir sur l’état du monde dans lequel on vit comme Think Big, Airball et Donne-moi du Véro, d’autres sont du pur divertissement qui mettent le sourire aux lèvres comme OK, Fumeur occasionnel et Dans mon walkman. Du bonbon pour les amateurs de hip-hop décontracté et de boom bap des années 90s.

Mehdi Cayenne : Radio Batata
Avec son quatrième album intitulé Radio Batata, l’artiste multidisciplinaire original Mehdi Cayenne confirme ce qu’on savait déjà : qu’il sait réaliser avec finesse des compositions entraînantes et rafraîchissantes sans tomber dans un style musical particulier. On y compte notamment l’irrésistible Molly qui s’est d’ailleurs retrouvée dans les palmarès, ainsi que les chansons Fulton, Joie de vivre et Bye Bijou remplies d’influences punk, rock, pop et funk. Un album plein de fougue qui donne vraiment envie de danser.  

Geneviève & Alain : De la rivière à la mer
Geneviève RB & Alain Barbeau, qui s’appellent maintenant tout simplement Geneviève & Alain, maitrisent à merveille les harmonies qui unissent leur second album De la rivière à la mer. Chaque titre a été réalisé par les deux musiciens avec beaucoup de soin, ce qui donne une douce musique folk-pop-country apaisante qui détend et qui respire le bonheur et l’amour. Étant un couple dans la vie et sur scène, Geneviève & Alain réussissent naturellement et sans trop d’effort à créer une symbiose musicale qui est propre à eux et qui les distinguent. D’ailleurs, les chansons de l’album coulent très bien les unes dans les autres, telle une rivière qui se jette dans un autre cours d’eau.   

Paraphonique : Propos et confidences
Composé et réalisé par Nicolas Lavoie alias Paraphonique de janvier à août 2017 au centre d’artistes Le Temporaire de Gatineau, Propos et confidences est un premier album de haute qualité qui met de l’avant des sons ambiants planants créé au moyen de synthétiseurs, d’échantillonneur, de piano et de percussions dans un joli mariage entre l’analogue et le numérique. On y trouve des pièces introspectives qui font voyager dans un monde électronique propice à la contemplation. C’est vraiment très bon.  

Night Lovell : Goodnight Lovell
Depuis quelques années, le jeune rappeur indépendant d’Ottawa Night Lovell connaît un succès international qui ne semble pas vouloir ralentir, surtout depuis la parution de l’album Goodnight Lovell. Bien qu’il ait certaines longueurs avec ses 18 titres, l’album s’inscrit aisément dans le style trap et cloud rap qui connaît tant de popularité depuis quelques années. Avec Goodnight Lovell, l’artiste offre un projet sombre et agressif remplie de bass sur lequel il rap de façon monotone et hypnotisante. Avec les tracks Mary-Jane, Bad Kid et Mental Slavery, la première moitié de l’album est sans aucun doute la meilleure.

Okies : Once a Fisherman from Spain
Avec ses quatre titres, le nouveau EP du groupe aylmerois Okies a beau être court, mais il mérite certainement une place sur cette liste. Depuis qu’ils ont fait paraître leurs premières pièces en 2015, les musiciens Marc-Antoine Moisan, Thomas Aguinaga et Samuel Gendron ont fait évoluer leurs sonorités tout en continuant de produire un folk bien particulier qui se démarque grâce à la superbe voix de Marc-Antoine, le chanteur principal, qui rappelle celle du Britannique Passenger. Once a Fisherman from Spain offre sans contredit un son indie folk travaillé et plus mature tout en restant aussi efficace que les autres albums du groupe. Okies en ont fait du chemin, et ils n’ont clairement pas dit leur dernier mot. Tant mieux, parce que c’est de plus en plus beau.  

Le Pressoir