Bonjour novembre et à tous les amateurs de théâtre et de danse!

Par Cindy Savard

Voilà venu le temps de poursuivre la discussion avec de nouvelles suggestions de manifestations théâtrales - et de danse - à ne pas manquer pour les prochaines semaines. Puisqu’on peut compter sur une température des plus propices à ce genre de sortie, on serait fou de se passer de ces occasions qui proposent de se réfugier bien au chaud dans des salles qui ont le pouvoir de rassembler des publics avides d’émotions fortes. Voici donc notre sélection d’incontournables pour le reste du mois de novembre.

Le Festival Actoral à Ottawa!
Du 8-10 novembre à La Nouvelle Scène

Ayant pris forme à Marseille au début des années 2000, ce festival biennal multidisciplinaire aux mille et une saveurs explosives étire pour la première fois cette année ses tentacules jusqu’à Ottawa. La Nouvelle Scène s’étant enquis de la mission de créer des ponts avec cet événement, est fière de pouvoir offrir au public de la région des représentations qui nous en mettra plein la gueule. Après son passage à Montréal, le Festival Actoral viendra présenter cinq productions contemporaines avant-gardistes qui promettent d’ouvrir nos oeillères sur la littérature, le théâtre, la danse, la performance, la poésie sonore et les arts visuels.

Jeudi 8 novembre
GHOST WRITER AND THE BROKEN HAND BREAK / 20 h

 Photo : Théâtre Trillium

Photo : Théâtre Trillium

Danse : La chorégraphe belge Miet Warlop a conçu un spectacle qui allie performance théâtrale, musique et arts visuels dans un seul ensemble. Sur scène, par exemple, vous assisterez à des performances de musiciens qui jouent des instruments en tournant sur eux-mêmes sans jamais s’arrêter. Ici, il faut donc se préparer en conséquence et savoir dès le début qu’on est du loin du théâtre classique et du développement des personnages typés. Sachez aussi qu’il s’agit d’un coup de coeur judicieusement sélectionné, on en dit que c’est “à ne pas manquer”.

Vendredi 9 novembre
NÉANT  / 19 h

 Photo : Ingrid Florin

Photo : Ingrid Florin

Danse : Dans cette production, le danseur, chorégraphe et metteur en scène de renom québécois Dave St-Pierre a accepté de revenir avec cette production exceptionnellement pour ce festival. C’est un one man show tout à fait incontournable, encore plus selon les circonstances!

FLÉAU / 21 h

 Photo : Alex Huot

Photo : Alex Huot

Danse : Du Dave St-Pierre, encore! Grand bien nous en fasse. Bien que ce spectacle ait comme particularité de durer cinq heures, il faut savoir que les spectateurs auront la liberté de circuler comme bon leur semblera. Les danseurs Alex Huot et Dave St-Pierre ont présenté cette production en première nord-américaine à l'Usine C la semaine dernière. Le succès fut instantané, les critiques encensent ce spectacle qui “claque”.  

Samedi 10 novembre
VARIÉTÉS / 19 h
DÉSORDRE / 20 h

 Photo : Théâtre Trillium

Photo : Théâtre Trillium

Le romancier, poète et essayiste français Thomas Clerc fera une mise en lecture de ses oeuvres personnelles et en

présentera d’autres qui viennent aussi d’ailleurs. Il lui attribue le titre de performateur, ça s’annonce éclatant. Quant à DÉSORDRE, l’auteur Hubert Colas offrira une version réduite de la performance présentée à Montréal. Hubert Colas est aussi le directeur artistique et fondateur du Festival Actoral.


Vous en voulez encore? Voici d’autres productions à ne pas manquer en novembre!

BordeRline
7-8 novembre / Théâtre Babs Asper du CNA

Cette production m’inspire particulièrement puisqu’elle est le fruit de la compagnie Wang-Ramirez qui propose des créations enracinées dans la culture hip hop. Bordeline suscite l’exaltation partout où elle passe et c’est encore plus impressionnant de constater que l’art aérien maîtrisé par Ramirez agit en force et est placé au coeur des mouvements des personnages. Regardez cette vidéo pour saisir l’ampleur de la prestation.

Le reste vous le connaissez par le cinéma
14-17 novembre / Salle Babs Asper du CNA

Soyez avertis que cette leçon mythologique s’annonce des plus tragiques. En toile de fond de cette pièce, un retour en Grèce antique avec le mythe d’OEdipe. Rebelle et dénonciateur, l’auteur britannique Martin Crimp est reconnu comme étant l’un des dramaturges contemporains les plus influents du moment. Son texte pour cette pièce vise à nous entraîner dans une salle de classe “où les questions deviennent les armes d’une révolte en marche”.

*Une causerie d’avant-spectacle présentera les enjeux de la pièce lors d’un entretien public avec le metteur en scène et traducteur Christian Lapointe et la dramaturge Andréane Roy, le tout animé par Jonathan Lorange. Le mercredi 14 novembre, 18 h 30 dans le Foyer du canal.

La déprime
Jusqu’au 17 novembre au Théâtre de l’Île

Écrite en 1981 par Denis Bouchard et alors jouée par les comédiens Rémy Girard, Raymond Legault et Julie Vincent, cette pièce a roulé sa bosse pendant trois ans et a connu un succès notoire. Une version modernisée est présentement présentée au Théâtre de l’Île où dix citoyens-acteurs de la région d’Ottawa-Gatineau ont été sélectionnés pour combler tous les rôles. Les spectateurs peuvent s’attendre à une série de sketches humoristiques dont les propos revêtent des moments loufoques et inattendus. C’est tout sauf déprimant!

Et si un soir
21 au 24 novembre / La Nouvelle Scène

Lisa L’Heureux vous la connaissez? C’est l’une des auteur, dramaturge et metteure en scène des plus prolifique de la région. Directrice artistique du Théâtre Rouge Écarlate, elle nous présente sa dernière pièce, Et si un soir dont le livre sera lancé le soir de la première, le 21 novembre. J’ai tout vu de Lisa et je ne manquerai certainement l’appel de celle-là!

The Drowning Girls
Jusqu’au 11 novembre / Grand Canadian Theatre Company

Du côté du théâtre anglophone dans la région, c’est un feu roulant de productions qui se déploient trop souvent à notre insu, nous francophones. Récoltant les meilleures critiques du moment de la part de toute la colonie journalistique culturelle, force fut d’y accorder mon attention. Dévoilant l’histoire vraie du psychopathe britannique George Joseph Smith ayant vécu au début du XXe siècle, reconnu coupable et pendu en 1915 pour avoir noyé trois de ses femmes, cette pièce dévoile l’histoire fantomatique et dramatique à travers un scénario écrit dans les années 1990 par trois auteurs canadiens. À voir? Certainement! Tout le monde le dit et moi aussi!


Le saviez-vous ?

Du théâtre accessible à toutes les bourses au GCTC et au CNA

Les théâtres anglophones de la région offrent des programmations intéressantes et il y a de quoi satisfaire tous les types d’amateurs de cette forme d’art dans la région. L’Outaouais regorge d’artistes talentueux des deux côtés de la rive et l’idée de découvrir ces deux mondes dramaturgiques se présente comme une réelle opportunité pour nous. Sachez que tous les premiers dimanche de chaque production, le Great Canadian Theatre Company (GCTC) propose une performance Pay-What-You-Desire.  Les billets disponibles peuvent être achetés au prix désiré en personne à la billetterie à partir de midi pour la performance de 14 h.

Du côté du Centre national des Arts, le Théâtre anglais offre aussi une soirée Pay what you can pour presque tous les spectacles. Aussi, pour les moins de 30 ans, il y a le programme Buzz en direct qui offre des tarifs réduits pour la plupart des spectacles produits par le CNA à l’achat de billets de dernière minute (moins de 24 h avant la représentation). C’est sans compter que les étudiants bénéficient de 50% de rabais en tout temps!

Le Pressoir